N'oubliez pas de faire vos présentations (Rp & IRL) sur le forum général et de demander l'adhésion au groupe de l'équipe à laquelle vous appartenez afin d'accéder à tous les contenus Smile

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 22
Localisation : Cela ne vous regarde pas.
Voir le profil de l'utilisateur

[RP] - Bien plus qu'un vampire ?

le Mar 14 Juin - 11:37
Essoufflé
— Chers enfants, veuillez m'excuser un moment, je reviens dans quelques instants. Continuez vos exercices dans le calme.
— Oui monsieur, acquiescèrent collectivement les élèves.
 
Je pris la direction des toilettes les plus proches.
J'ouvris ma sacoche de cours et cherchai dans le contrefond une petite boîte.
Je sortis l'une des nombreuses piqûres qui étaient dedans et me l'injectai.
Après quelques minutes de douleurs intenses qui parcouraient tout mon corps, je marchai en direction de ma classe et respirai un bon coup avant d'entrer de nouveau dans ma classe. Je m'excusai de nouveau auprès de mes élèves et continuai mon cours.
La sonnerie de la fin des cours retentit, et mes élèves sortirent dans le plus grand des respects, comme d'habitude.
Une fois mes affaires soigneusement rangées et ma classe verrouillée, je partis en direction de la salle des professeurs et vis plusieurs des professeurs que je fréquentais habituellement ainsi que le directeur de l'académie en personne.
Que me valait cette visite ? Et quelle était cette expression que je distinguais sur son visage ? Ce n'était pas la première fois que je voyais ça mais jamais sur leur visages à eux. C'était de l'inquiétude.
Mais pourquoi s’inquiétaient-ils ?
Je n'eus pas le temps de réfléchir quand le directeur s'exclama :
 
— Professeur William ? Avez-vous quelques minutes à me consacrer ?
— Bien sûr. Que puis-je faire pour vous Monsieur le Directeur ?
— Eh bien, comme vous le savez, vous prodiguez des cours dans cette académie. Vos résultats personnels en tant que professeur et ceux de vos élèves sont simplement remarquables mais…
— Mais ? Soyez direct.
— Soit. Vos élèves ainsi que certains des professeurs ont remarqué que durant les dernières semaines, vous vous absentiez de plus en plus souvent de vos cours pour aller aux toilettes.
Vous nous semblez plus fatigué… Ma question est la suivante : est-ce qu'il y a quelque chose qui vous empêche d'exécuter votre travail aussi soigneusement que d'habitude ?
— Monsieur le Directeur. Vous êtes au courant de ma "condition" et pourtant vous me laissez enseigner dans cette merveilleuse académie. Malheureusement, cela ne fait pas de moi quelqu'un d'immortel… Je ne suis qu’à moitié humain. Et cette moitié est train de me tuer. Je me meurs. Je me pique avec une concoction spéciale pour me maintenir en vie. Mais cette solution est une solution de secours et ne durera pas éternellement. Monsieur le Directeur, j'ai une requête spéciale.
— Je vous écoute.
— J'aimerais prendre des vacances. Enfin, des vacances... Je compte voyager pour trouver quelqu'un dans le monde magique qui puisse me soigner définitivement. Je ne demande que deux ou trois semaines. Un mois maximum. Je sais que je…
 
Le directeur me coupa la parole.
 
— Accordé. Mais à une seule condition.
— Laquelle ? Je l'accepterai quoi qu'il arrive.
— Donnez à vos élèves des devoirs de vacances. Je ne veux pas qu'ils se ramollissent durant votre absence.
Fouille dans sa sacoche.
— Tenez.
Un bruit sourd retentit dans la pièce.
— Ceci est un exemplaire des devoirs de vacances pour l'un de mes élèves. Le reste sera dans ma classe sur chacun de leurs pupitres d'ici demain matin, première heure.
 
Le Directeur sourit en voyant les devoirs déjà préparés.
 
— Vous êtes prévoyant et vous avez toujours un coup d'avance sur moi, n'est-ce pas ?
— Toujours, Monsieur le Directeur. Sinon je ne pourrais pas me considérer comme un bon professeur.
Le directeur ricana légèrement et se tourna vers la fenêtre.
— Allez ! Rentrez chez vous et faites vos valises, et revenez-nous aussi motivé que lors de votre entrée dans cette académie.
— C'est comme si c'était fait, Monsieur le Directeur.
 
Je partis de la pièce et rentrai chez moi.
 
Après quelques jours de recherches intenses et de nombreux contacts rencontrés, je pense enfin avoir trouvé la personne qui pourrait me sauver. Une sorcière peu connue mais qui serait très en avance dans le domaine magique et qui vivrait en Grande Bretagne.
Malheureusement, personne ne savait ou elle vivait exactement. Et la Grande Bretagne était vaste...
Madame Spring. Vivianne.
 
Une fois prêt, je pris toutes mes affaires et partis en direction de l'Angleterre, source de magie fondamentale et régénératrice.
Je commençai mes recherches dans le Sud-est. Rien. Puis mes recherches se portèrent sur le Sud-ouest. Toujours rien.
Cela faisait bientôt deux semaines que je cherchais et toujours aucune trace d'elle… Je commençais à désespérer, mais je devais à tout prix ne pas abandonner.
Puis, lors de ma visite dans le centre de l'Angleterre, je me fis attaquer par quelqu'un et m’évanouis de par mon manque de force.
Je me réveillai dans une étrange salle, très lumineuse, et sur un lit peu confortable.
Je ne voyais personne autour de moi. J'appelai pour voir si quelqu'un allait me répondre. Aucune réponse. Je décidai de chercher la pièce et de savoir où j'étais. 
L'endroit où j’étais ressemblait à une serre géante. Il y avait toutes sortes de spécimens de fleurs en parfait état. Dans un coin de la pièce, une table somptueusement ornée de potions et d'ingrédients en tous genres. De l’homéopathie magique peut-être ?
Je continuai ma fouille et mon regard s'attarda au pilier géant en plein milieu de la pièce.
Il y avait quelque chose au-dessus qui réfléchissait toute la lumière mais je ne savais pas ce que c'était. De l'eau ? Je voulais en avoir le cœur net. Je décidai de monter les marches qui entouraient le pilier central et une fois arrivé en haut, un bassin magnifique. On eût dit de l'eau pure. Je n'en avais jamais vue avant. C'était si beau.
Une voix me sortit de mes pensées.
 
— Professeur William ? Vous êtes finalement réveillé ? Cela fait bien une semaine que vous dormez !
 
Une semaine ! J'allais être en retard pour mes élèves !
 
— Qui êtes-vous ? Et où êtes-vous ? Où suis-je ?
— D'habitude ce sont vos élèves qui posent les questions, pas le Professeur !
 
Un rire suivit et je me demandais toujours d’où cette voix féminine pouvait provenir.
 
— A côté de la table, Professeur !
 
Je me retournai et vis cette femme en blouse, en train de préparer une concoction.
Elle faisait léviter chacun de ses ingrédients et ils flottaient autour d'elle comme les planètes autour du Soleil, c'était magnifique.
Elle finit sa potion, et me la fit voler jusqu'en haut de la pièce.
 
— Tenez cher Professeur, vous en aurez besoin !
— Pour quoi faire ?
— Pour vous guérir bien sûr ! Vous me cherchiez partout dans le continent et vous m'avez enfin trouvée ! Enfin, c'est plutôt moi qui vous ai trouvé ! Ricanant.
— C’est... C'est vous qui m'avez assommé ?
— Non, ce sont des villageois qui étaient en colère qu'un type dans votre genre fasse halte dans leur ville. Heureusement que je vous ai trouvé à temps !
— D'accord… J'ai une requête ! J'aimerais…
— Pas la peine de parler, je suis chez moi, et mon pouvoir de télépathie est fortement accru. Je sais pourquoi vous êtes là. Voici ce que vous devez faire. Comme vous l'avez remarqué, le bassin derrière vous est rempli d'eau pure. Versez cette potion et un peu de votre sang dans l'eau puis plongez-y nu. Le processus durera une journée entière. Si vous ne revenez pas demain avant l'heure exacte ou vous y avez plongé, vous mourrez pour de bon. Dans tous les cas, il vous reste moins d'une semaine à vivre et c'est la seule solution.
— Je... D'accord… Auriez-vous une lame ?
Elle fit voler une dague ondulée et ornementée jusqu'à moi.
— Dès que vous êtes prêt, versez la concoction, déshabillez-vous et une fois dans l'eau, laissez coulez un peu de votre sang. Je veillerai sur votre corps pendant votre absence qui j'espère, ne sera que temporaire. Si jamais vous mourez, j'utiliserai votre corps à bon escient.
 
Ces paroles me glacèrent le sang mais c'était ma seule option. Il y avait enfin quelque chose qui pouvait me guérir et je n'aurais plus de problèmes de santé.
Une fois nu dans le bassin, je vidai la concoction et je me taillai la main et fis couler mon sang.
L'eau changea de couleur. D'un bleu pur jusqu'à un rouge sang intense puis un bleu des mers des îles.
 
— Maintenant, plongez !
 
Je m’exécutai et une fois dans l'eau, le bassin prit des proportions aussi grandes que celles d'un océan.
Je commençai à nager vers un bateau englouti depuis des dizaines d'années. La nature avait repris le dessus sur ce bateau. Je nageai en direction du ponton sur lequel je pouvais percevoir un objet brillant. Un miroir. Je m'approchai et vis ma réflexion. Mais pas de mon « moi » actuel, de mon « moi » passé.
J’étais dans les bras de quelqu'un de familier. Et plus petit. 
C'était comme si ce passé de ma vie recommençait. J’étais en train de le revivre. Je n'arrivais plus à parler mais je comprenais tout ce que les gens disaient.
J’étais dans les bras d'une jeune dame. Je n'avais pas peur. J'étais même rassuré par cette personne.
 
— Qu’allons-nous faire de William ? Nous ne pouvons pas le garder vu nos conditions…
— Et pourquoi pas ? Un vampire renommé et une sorcière aussi puissante, tout le monde devra bien accepter notre enfant…
 
William ? Leur enfant ? Ces personnes étaient… Mes parents !?
 
— Je suis désolée mon amour, mais nous n'avons pas le choix, nous devons l’abandonner…
— Je… Je comprends mais… C'est notre enfant ! Nous ne pouvons pas faire ça !
— Ne m'oblige pas à utiliser mes pouvoirs contre toi !
— Tu n'oserais pas !
— Je ne veux que le bien pour notre fils, et en restant avec nous, il ne pourra jamais vivre correctement à cause de nos lois !
— Même s'il ne grandit pas avec nous, il aura quand même nos capacités respectives… Ils finiront par nous retrouver grâce à son sang…
— Sauf si je le bloque !
— Mais...!
 
Mon père n'eut pas le temps de rétorquer que ma mère apposa sa main contre mon cœur, et une lumière vive ainsi qu'une ombre mystérieuse m'entoura.
Je sentis mon cœur se serrer contre ma poitrine, une partie de moi disparut à ce moment-là.
Ma seule réaction fut de pleurer.
Puis le noir total.
Je rouvris les yeux, en face du miroir, et cette fois-ci, je me vis en train de flotter au-dessus de mon « moi » antérieur. Lors de mon premier réveil dans la rue.
Je levai les yeux alors que mon « moi » était encore inconscient et je vis mes parents chacun d'un côté de la rue sur les toits.
Sur leurs visages, on peut lire de la tristesse, du regret, et un soupçon de honte.
Je commençais à ouvrir les yeux lorsque mes parents s'enfuirent.
 
Alors c'est comme cela que ça s'est passé ? Mais, si la moitié de moi n'est pas humaine, pourquoi suis-je en train de mourir ? Parce que ma mère me l'a « bloquée » ? Elle a juste voulu que personne ne les retrouve eux ! Comment faire pour la débloquer ? J'en ai besoin pour vivre, je vais mour…
On ne me laissa pas finir ma phrase. Ma voix cessa de produire des sons. Je ne pouvais plus bouger.
Je sentis, ou eus l'impression de sentir quelqu'un me toucher au niveau du cœur. Mais pas ici, pas moi actuel, ni mon « moi » passé, mais le moi qui était dans l'eau.
Juste après cela, mes veines commencèrent à s'illuminer de mon cœur en passant par mes veines jusqu'à parcourir tout mon corps. Je rayonnais. Littéralement. Après quelques secondes, mon corps redevint normal. Je repris conscience dans l'eau, avec une épée dans la main.
Je remontai à la surface.
 
J'ouvris les yeux dans la serre de Mme Spring
 
— Eh bien, il vous restait moins d'une heure, mais vous avez eu de l'aide extérieure, c'est de la triche ! Mais au moins, vous êtes vivant !
— De l'aide extérieure ?
— Oui. Une femme. Chaleureuse. Mystérieuse. Elle a touché l'eau. J'ai pu voir votre voyage. La lumière en vous, c'était elle.
— Donc… Ma mère est venue ?
— Votre mère n'est pas immortelle que je sache, et arrêtez de poser des questions stupides ! Vous êtes un professeur après tout ! Allez, déguerpissez de chez moi ! Vous avez des élèves de qui vous occuper !
— Comment vous remercier de m'avoir sauvé ?
— Hum… Je ne vous ai pas réellement sauvé mais… Montrez-moi votre cœur.
 
J'étais encore nu mais je m’approchai de la sorcière.
Elle le toucha et toute la serre se mit à vibrer et les concoctions et divers ingrédients se mirent a flotter à travers la pièce.
 
— Ce sera tout, dit-elle. Vous m'avez beaucoup apporté en tant que nouveau spécimen. Un vampire-sorcier, je n'avais jamais vu ça ! C'est tellement excitant !
— Eh bien merci beaucoup… Je vous serai éternellement reconnaissant.
 
Elle se retourna et continua de préparer quelque chose en chantant et oublia totalement ma présence.
Je partis en direction de ma maison secondaire situé dans l'Est de l'Angleterre. Au moment d'arriver, je vis deux personnes avec une aura familière. Anastasia, ma jeune élève ainsi que Miroir de PortePoisse. Toutes les deux dans mon jardin. Anastasia me raconta son épopée et me demanda de la protéger ainsi que de l'aider car elle était parfaitement consciente de sa faiblesse. J’acceptai. Elle fut surprise. Mais contente. Je l’installai dans mon manoir et y restai pour une semaine entière afin de me familiariser avec mes nouveaux pouvoirs. Je me devais de retrouver ma classe, mes élèves commençaient à me manquer. Alors, pour ne pas la laisser seule sans défense, je fis en sorte de protéger sa nouvelle demeure avec des pièges magiques en tous genres que je pus réaliser grâce à ces dons qui étaient en moi cachés depuis le début.
Une fois le manoir entièrement sécurisé, je partis pour mon chez moi en lui disant que je reviendrais lui rendre visite quelques fois par mois.

On se sent bien une fois de nouveau vivant.

_________________
La connaissance c'est le pouvoir et mon savoir est immense.
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 25/10/2015
Localisation : Un manoir en Ecosse
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [RP] - Bien plus qu'un vampire ?

le Jeu 16 Juin - 0:26
Anastasia, qui était soulage de retrouvé son précepteur,  la seul personne en qui le pouvais encor avoir confiance. Elle avais bien sur toute confiance en Miroir de porte  poisse , mais elle ne pouvait pas la protéger ni l'éduqué "normalement" (lui donné les enseignement que son père ne lui pas donné).  Elle n'avais pas oublier de remarqué un lège changement chez son enseignent et maintenant protecteur. Après le départ du Professeur William, Anastasia demeura sans repaire et légèrement perdu, seul au meilleur de l’Écosse, avec miroir son unique amie. Elle voulais devenir une jeune fille autonome dont son précepteur serait fierté. Pour évite que les gens vivant au alentour, elle usa d'un de ses talents, l'art de joué la comédie. A chaque fois qu'un habitent se présente au porte  elle donné avoir  voir une image de parfaite petite lady, calme, polis, au meurs soigné et d'un raffinement aristocratique. Ainsi personne ne put soupçonne sa vrais nature. Pour ce nourrir elle attendais qu'un voyageur, si possible de haut rend vienne frappé a la porte. Par change il était monnaie courent qu'un voyageur passe, elle faisais attention a laissé repartir un bon nombre de ses voyageur pour que personne ce pose de question.
De plus, depuis le départ du Professeur William, la jeune comtesse, étudié assidument, tes assidument dans la bibliothèque du manoir . Il arrivé qu'elle n'en sorte pas pendant 24h. Voyant son comportement Miroir de porte poise lui fit cette réflexion.
" C'est un peut comme si tu était devenu la pupille du Professeur. Mais tu sais que tu n'es pas obligé de travaillé comme un folle.
- Je ne suis pas sa pupille. Puis je ne travaille pas comme un folle.
-Tu le crains alors ?
-Non, il est change c'est évidant, mais je n'ai pas peur, lui il ne fera jamais de tord"
ce que Anastasia, ne voulait pas avoué, c'est qu'elle désire secrètement recevoir enfin un compliment, ou des félicitation, chose qu'elle n'avais jamais reçut des sa famille. Mais son percepteur la respecté et c'est pour cela, en parti elle espérait le rendre fière.

Quel que nuits plus tard justement le Professeur William revint au manoir. Pensant Trouvé son élève entrain de joué comme d'habitude avec Miroir de porte poisse dans la cour intérieur de manoir c'est la où rendu dès son arrivé  mais personne. Il se dirigé dans le salon, et y trouve Miroir jouant avec un pelote de laine. Il lui demanda ou ce trouve Anastasia.
" Elle étudie dans bibliothèque  encor et toujours. ça va faire trois nuits qu'elle est pas sorti."
Il décida donc de voir ce qu'il en était, car trois nuits cela faisais beaucoup, même pour la petite vampire. En entent dans la pièce, il trouva son élève assise au bureau derrière un monticule de livres,elle avais la tête sur son cahier, les yeux clos , plume lui avais échappé des doigts et avait roulé par terre. Il se ramassa la plume et la posa a cote d'elle, son élève ne bougat pas. Il se racla la gorge pour signaler la présence, la petite comtesse ne réagis pas. Il posa sa main sur son épaule , Anastasia ne sursauta même pas. Elle était si fatigué d'étudier pendant tent de temps qu'elle avais glissé dans les bras de Morphée. Il l’installa dans le divan juste a cote et  feuilleta le le cahier de sa petite élève vampirique, afin de jugé don sont travail personnel, en attendant qu'elle se réveille.Il en profita pour demanda  a l'amie de son élève de lui raconté ce qui c'était passé depuis sont départ, ce que  fit le chat garous sans oublier aucun détail. Il remercie Miroir de porte poisse qui retourna joué au salon. Quant Anastasia se réveilla...


Dernière édition par Anastasia Von Dracula le Jeu 16 Juin - 21:30, édité 1 fois (Raison : ça devrais étre plus compréancif)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum