N'oubliez pas de faire vos présentations (Rp & IRL) sur le forum général et de demander l'adhésion au groupe de l'équipe à laquelle vous appartenez afin d'accéder à tous les contenus Smile

Partagez
Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 23
Localisation : Home, sweet home
Voir le profil de l'utilisateur

One ne me vole pas.

le Lun 9 Juil - 6:25
    J’étais tranquillement chez moi en train de fabriquer un nouveau concept de montre qui permettrait de voir le temps qui reste à vivre chez un être humain, quand un de mes détecteurs de matière rare se mit à biper.
    Je m’approche du panneau lumineux et voir un petit point noir et rouge clignoter assez rapidement. Ce signal voulait dire que … Que quoi déjà ? Ah oui. De l’orichalque avait été détecté. Mais pas n’importe lequel, de l’orichalque noir. Une matière extrêmement rare. Et une grosse quantité à ce que je peux voir.
    J’allais devoir faire vite et m’équiper assez rapidement avant que quelqu’un d’autre ne puisse s’en emparer. Grimoires, potions, artéfacts, amulettes, anneaux, bracelets.
    J’ouvre un portail en direction du premier monde à traverser. Il m’en fallait 7 en tout. Apparemment, je ne pouvais pas allez directement la-bas pour des raisons inconnus. C’est pas grave, un peu de voyage ne me fera pas de mal.
    Les 6 dimensions furent rapidement traversées sans aucune encombre majeures. Quelques sous-démons de pacotilles, et des gardiens de paradis. Surement mes grimoires qui doivent les attirer.
    En arrivant dans la 7ème dimension, l’univers était détruit. Un bout de planète dériver d’un bout à l’autre de celui-ci. Beaucoup de cendres de démons. De la lave. Et de l’orichalque noir. Je me flotta jusqu'à la matière précieuse pour m’en emparer. Encore chaud. La matière venait surement de se créer à l’instant suite à une énorme explosion, mais je me demande bien ce qu’il s’est passé ici … Il faudra que je revienne faire une enquête. En voulant partir, j’ai eu la sensation qu’on m’observait. Il y a surement encore des êtres vivant alors je me dépêche de sortir et ferma le portail derrière moi.
    En arrivant dans la dernière dimension avant la mienne, j’essaye de faire apparaître le dernier portail qui me fera rentrer chez moi, mais il n'apparaît pas. J’essaye à plusieurs reprises mais sans succès.
- Quoi ? Une voix féminine faisait écho à travers la dimension. Pour une fois qu’un joli garçon vient de lui même dans mon plan, je ne vais pas le laisser partir. Sans compter que tu as eu l’impolitesse de ne pas venir me saluer la première fois que tu es venu.
Une jeune femme apparaît derrière moi, un peu plus loin. Sa peau est extrêmement claire et sa tenue laisse supposer qu’elle vient d’orient. Mais quelque chose me semble étrange avec son apparence, mais je ne saurais dire quoi.
- Qui êtes-vous ? demandais-je poliment.
- C’est toi l’intrus, c’est à toi de te présenter ! Elle rétorqua tout en s'avançant vers moi.
Plus je plisse les yeux, plus je me rends compte qu’elle n’est pas qu’humaine.
- Je ne suis qu’un homme de passage, venu chercher un bien. Je ne vous importune pas plus longtemps. Je continuais désespérément de faire apparaître mon portail de retour, sans succès.
- C’est vrai que c’est un joli caillou. L’orichalque était désormais dans ses mains. C’est un joli cadeau pour t’excuser de ta muflerie, et tu ne m’importune pas.
Tout ceux qui vienne ici sont la pour me distraire, viens on va s’amuser. Elle se retourna et commença à s’éloigner peu à peu.
- Aurais-tu l'obligeance de me rendre ceci ? je désigne l’orichalque de ma main. C’est un bien qui m'appartient. Si tu ne me le rends pas …
- Non, tout ce qu’il y a ici m’appartient. Le sol, ce caillou … Elle s’arrêta quelqu’un instant, releva la tête et me regarda intensément. Et même toi.
Alors si tu le veux … Elle l'engloutit d’un trait et ma vision à surement du être troublé car je viens de voir un serpent. Vient le chercher.
- Bien. Tu l’auras voulu. Je fit un mouvement rapide de la main gauche afin d’enlever l’illusion. Une grande créature, mi-femme, mi-serpent, d’une quinzaine de mètres de long apparu devant moi. Elle paraît jeune. Très claire de peau. Elle possède 6 bras. Et sa queue me semblait … Divine ?
- On est pressé ? Ça tombe bien, j’ai trèèès faim !
Je soupira en me disant que je vais encore me fatiguer pour une malformation qui n’en vaut même pas la peine. Je pris un grimoire de ma sacoche et incanta rapidement un sort de lave en forme de sphère tout autour d’elle.
- Oh un mage ! Ils sont amusant ceux là mais j’espère que tu as plus de réflexes que les autres, ils ont tous finis aplatis ! Elle se redressa et balaya la lave d’un coup de queue. Puis le retour vient me frapper sans que je m’en aperçoive et m’envoya valser très loin.
- Même pas une brûlure, je vois … Je pris une paire de lunettes magique dans mon sac et les mis sur mon nez. Ces lunettes me permette de voir en avance les apparitions de flux de magie. Le grimoire tourna frénétiquement ses pages sous ma volonté puis brilla d’un bleu ciel. Des milliers de glaçons pointus apparurent et chargea rapidement sur le serpent.
- Oui, tu n’est clairement pas comme les autres. Elle esquiva les glaçons de manière élégante telle une danse orientale. Ma mère était danseuse, si tu n’a pas plus rapide, tu ne risque pas de me toucher mais moi … Elle leva les 6 bras et fit apparaître 4 armes toutes différentes mais très belles, et sûrement unique. Je ne vais pas me gêner pour le faire !
Un sourire narquois vint se poser sur mon visage. Mon grimoire continua de virevolter de manière frénétique pour s’arrêter de nouveau sur une double page, et une douce lumière blanchâtre éclaira les coins du vieux livre. Une lame de vent sonique, non perceptible par n’importe quel créature, se manifesta dans le cou de la bête, et la projeta au sol de manière violente, qui lui força de laisser échapper un cri de douleur.
- Ce sont les lapins à qui l’ont brisent le coup. Je vais te montrer ce que sont des serpents !
Ses mains du milieux firent des mouvements rapides et vifs et des nuages de serpents se dessina au dessus d’elle et la recouvrirent. Ils se dirigent tous vers le fouet et rentra en contact avec celui ci.
- Allez-y mes chéris.
Les serpents se mirent à flotter dans les airs en masse sous forme d’une main géante et me fonça dessus.
- Je prend note. Je sors un petit carnet de ma poche et commence à prendre des notes.

Je déploie un deuxième et troisième grimoire. Le second est d’un noir plus noir que les ténèbres eux-même. Une aura malsaine s’en échappe. L’autre, au contraire, est d’un blanc pur, tel les ailes d’un ange. Il émane pureté et bien-être.
Les deux registres, l’un à côté de l’autre, semble, à leur échelle, se faire la guerre. Ils flottent paisiblement pour se placer devant moi, à côté de leur confrère.
L’obscure ouvrage s’ouvre, arrachant une page qui se consuma et ne laissa qu’une flamme tellement sombre que la lumière semblait se faire absorber par ce feu purificateur.
Les serpents se mirent à brûler d’un seul coup, leurs cendres déchurent au sol, se consumant pour l'éternité.
Je pris le recueil sacré dans mes mains et ma voix fit soudainement écho dans la dimension, comme si nous étions dans une cathédrale.

I call the light upon me from the purest soul that it can be.
From ancients Gods unawoken, protect the one that can’t be taken.
My life is yours, I acknowledge, you power is now my knowledge
To see my life now preserved, for an enemy that I don’t deserved

Une lumière divine pénétra la dimension et des ailes d’ange viennent s’accrocher à mon dos pour ne plus faire qu’un avec moi.
- Tu as fait un trou dans ma chambre ! Sa voix était devenu aiguë et perçante.
Papa va encore me gronder s’il s’en aperçoit. Un geste rapide de sa part en direction du trou dans le plafond referma la fissure.
Attend un peu … Une espèce de masse remonta de son ventre tandis que ces deux bras du milieux bougèrent très rapidement. Un grand portail violet apparu devant elle alors que des centaines de petits portails bleu m’entourèrent. Elle cracha alors une énorme quantité d’une substance verte dans le portail.
De l’acide sorti alors en énorme quantité tel une pluie torrentielle lors de moussons.
Je regarda le poison se déferler autour de moi, bien à l’abri dans mes multiples protections magiques, et coula le long de ma bulle gardienne, aussi limpide que l’eau d’une source.
- C’est tout ? Rétorquais-je. Je m’attendais à ce que cela me fasse mal …
- Oh, crois moi, je vais te faire du mal, et tu vas en redemander.
Les portails disparurent un à un, pour n’en laisser que 3 vert de taille moyennes. L’un se situe en face de moi à quelques mètres, les deux autres juste derrière moi sur les côtés.
La créature en a également 3 autour d’elle. Elle enfonça alors son cimeterre dans l’un tandis qu’elle tira un trait de foudre dans le second et une boule de foudre dans le dernier.
Je fis un bond rapide en arrière pour éviter l’énorme cimeterre ainsi que les sorts de foudre.
Ce que je ne savais pas, c’est que les sorts ne m'était pas destiné à proprement parler.
Lorsqu’ils s’entrechoquèrent, une explosion de foudre extrêmement lumineuse me projeta sur une grande distance. ce qui me fit cracher du sang. Et un grand cri de douleur se fit entendre.
- AAAAAAAAAAAAAH. Souffle court. Faut que je me remette au sport. Petite merde … Je vais t’apprendre à faire du mal à un professeur de 1ère catégorie …
Le sang flottait autour de moi et un sourire de fou se dessina sur mon visage.
INVOCATION !
Un énorme faucon de presque 10 mètre de haut apparu entre nous deux. Il poussa un cri qui fit trembler mon corps de part en part. Il chargea directement en direction de l’énorme serpent.
L’invocation ailée fondit sur sa proie toute serres dehors. La demi-déesse se protégea avec ses bras, le faucon lui en arracha deux, faisant tomber à terre le grand cimeterre.
- Ah la la, les hommes, tous les mêmes. Le coup de foudre et le petit, enfin, gros oiseau sort … Entend donc toute ma peine !
Elle saisit à deux bras sa hallebarde et la frappa violemment au sol, libérant une explosion sonique qui déferla tout autour et fit perdre sa coordination au faucon et commença à s’écraser dans ma direction. Je mis mes mains autour de mon cou, activant 4 runes spécifiques, et cria sur la même longueur d’onde que la vague sonique, ce qui l’annula et créa une explosion à quelques mètres de moi. Je fis un déplacement rapide sur le côté pour esquiver la chute de mon invocation.
- Je sens que je vais avoir une extinction de voix à cause de toi, je n’aime pas être en arrêt maladie.
Mon poing devint dur et se changea pour devenir gris-argenté, puis je me téléporta juste à côté du visage de la femme et lui colla mon poing à une vitesse éclair pour l'aplatir au sol presque instantanément.
- Ta garce de mère ne t’as donc pas appris à ne pas frapper une femme ?
Elle se redressa difficilement et fit un mouvement brusque du visage, faisant fouetter ses longs cheveux munient d’embouts métalliques acérés sur moi. Tout en se relevant, elle ajouta :
- Et pour ta voix, ne t’en fait pas Kevin, il y a des suppositoires pour ça.
Je me fit violemment projeter en arrière pour atterrir à côté du faucon qui essayer de se relever tant bien que mal. Je regarda l’animal légendaire dans ses yeux perçants puis ma voix prit une ampleur magique.
- Protège moi.
Comme si un second souffle venait de circuler dans le sang de la bête, il se mit entre moi et le serpent, dos à celle-ci, et étendit ses ailes autour de mon corps meurtri et les ailes de l’oiseau se mirent à briller d’une douce lumière. Une lumière calme, apaisante, régénératrice.
Mon sang dégouliner de tous les endroits où elle m’avait lacérer. La dernière fois que ça m’est arrivé, j’avais eu une récompense au moins. La vie était autour de moi, tel la mer, dont j’étais les vagues. Mais la vie ne s’arrête jamais. Elle continue sans cesse. Et j’allais vivre. Mon sang lévita progressivement à ma hauteur, et je commencer à sculpter des runes dans celui-ci. Je pris une fiole d’une couleur que personne ne saurais décrire dans ma sacoche et la vida dans mon sang. Celui-ci se mit à briller d’une lueur étrange. Mon sang réintégré mon corps au fur et à mesure. Mes blessures se refermées, provoquant une douleur atroce, mais nécessaire.
La souffrance étant passer, mes pulsations cardiaques étaient revenues à la normale, je pouvais de nouveau me concentrer.
J’appliquai l’une de mes mains au sol et des lianes apparurent toutes autour de la créature et la cloua au sol.
- On commence directement par le bondage ... Continue.
- Meurs.
Je pointa mon doigt vers le cœur de la créature, et de la foudre apparu et disparu dans une fraction de millième de seconde, qui déchira son cœur en deux.
La demi déesse ne bougea plus pendant quelques secondes, puis se redressa avec suffisamment de force pour libérer la partie supérieure mais toute sa queue resta encore entraver.
Elle regarda le trou à l’intérieur de sa poitrine et un énorme fou rire se fit entendre dans les lieux.
- Quel innocence, tu as cru que je n’avais qu’un seul cœur ? C’est mignon !
Ses membres détachées prirent soudain la forme de double serpent.
Elle serra la lance de foudre de toute ces forces.
- Et maintenant, je mangerai bien du poulet grillé !
Elle lança une grande déferlante de foudre qui vient se fracasser sur les défenses de l’oiseau légendaire. Le faucon pris la foudre de plein fouet et disparu dans un grand nuage de fumée.
- Rekhis, il va falloir vous calmer maintenant ! Je souhaite juste récupérer mon objet, puis je m’en vais. Pourquoi avoir autant d’agressivité envers moi ?
- Tu m’as ignoré ! Et tu m’as frappé au visage ! T’es allé trop loin !
Des larmes coulent de ses yeux émeraudes.
On aurait pu s'amuser ! Mais maintenant, je suis beaucoup trop énervée !
Les gouttes sont de plus en plus grosses et commence à la recouvrir entièrement.
Elles sont soudain plus blanche, se collent à sa peau pour ne plus faire qu’un avec elle. Rekhis se transforme alors en un immense serpent blanc. Ses membres se changeant en des têtes de serpent, la plus grande tête lâche un puissant hurlement et des trombes d’eau engloutirent tout le plan jusqu’à plusieurs mètres de hauteur.
Je me fit submerger et commença à ne plus pouvoir respirer. Je fit apparaître Prentie et fonça sur le corps de l’énorme serpent en chargeant mon épée de foudre.
La créature disparut, pour se retrouver derrière moi, puis devant, puis derrière, puis devant, puis derrière à grande vitesse. Un immense tourbillon se forma alors autour de moi, et me piégea dans l’œil du cyclone, et, d’un coup, un rayon de foudre de glace et feu fondirent sur lui.
Voyant les attaques arriver sur moi, et ne pouvant les esquiver, je pris la montre à gousset qu’il y avait accroché à mon gilet, appuya sur  et cria : 10 SECONDES.
Le temps s’arrêta d’un coup, puis retourna progressivement en arrière. Nous nous retrouvions à la place où nous étions il y a 10 secondes, de nouveau face à face.
Je n’avais pas encore chargé. Je vomi le contenu des mes tripes puis prit le grimoire sombre devant moi et récita un cours quatrain.

J’ai vu l’avenir,
J’ai su le passé.
Tu dois partir,
Je dois rester.

Un mini trou noir apparut devant moi aspirant l’eau au fur et à mesure qu’elle s'engouffre vers moi. Je força sur mes ailes et fit un grand bon pour sortir de l’eau.
La demi déesse profita qu’il resta encore de l’eau pour prendre de la vitesse et s'éleva en l’air, gueule ouverte sur moi déversant rayon de feu, de glace, de foudre, de vent et d’énergie.
Je sortis plusieurs parchemins et lança également 5 sorts qui se combinèrent en un seul pour contrer l’attaque du serpent géant. Les rayons s'écrasent l’un contre l’autre et la dimension changea de couleur tellement la magie était puissante. Finalement, mes sorts prirent l’avantage, et progressivement, empiétèrent sur le rayon de Rekhis qui perdit de l’ampleur.
La dernière tête du serpent passa à l’action et envoya un rayon chargé de toutes ses énergies pour renforcer son attaque précédente. La tension entre les deux attaques fut tellement intense que cela provoque une explosion de magie tellement instable que nous fûmes projetés à très grande vitesse de part et d’autre de la dimension, nous affaiblissant tous les deux.
Rekhis se tordait de douleur malgré toute la protection que lui octroyé ce corps. Elle avait gravement était touchée et des brûlures intenses la recouvrait. Ne pouvant supporter un tel calvaire, elle se figea. Sa pâleur devient fantomatique, puis grisâtre et son corps se solidifia avant de se briser pour la faire réapparaitre dans sa forme première. Excédé, elle reprit en main toutes ses armes et invoqua une dizaine de nuée de serpents qui lui recouvrit tout le corps. Elle avait désormais triplé de volume.
- Ta mort sera lente et douloureuse !
Je me releva en titubant. J’avais surement plusieurs fractures et un nombres incalculables de brûlures sur une bonne partie de mon corps. Mes vêtements étaient déchirés laissant apparaître mon frêle corps recouvert de runes. ARMAGEDDON DE ZEUS ! TYPHON D'HÉRA ! ÉRUPTION D’AIDÔNEUS ! TSUNAMI DE NESTIS !
Toutes les runes de mon corps s’allumèrent des 4 couleurs élémentaires et se traça au niveau du sol pour former un immense pentagramme avec comme dernière branche, moi-même.
Une grande lumière multicolore surgit du sol et un grand nuage gris encombra une bonne partie de la dimension de fumée qui tarda à se dissiper.
Une fois que la fumée retomba, 5 silhouettes pouvaient se distinguer.
Il y avait un Professeur enflammé. Le feu qui le constituait était la flamme de la vie même. La vie qu’elle pouvait apporter, mais la vie qu’elle pouvait reprendre.
Il y eu aussi un Professeur aquatique. Les sentiments, les émotions, voici ce que représente l’eau. Un bleu pur qui brille et qui coule en continue, comme le sang dans nos veines.
Un Professeur terrestre. Il était la stabilité même, la puissance, et la force de l’être. L’énergie sous sa forme la plus brute.
Un Professeur d’air. L’air qui nous entoure qui est autant le souffle qui nous fait vivre, que les cyclones qui détruisent nos foyers.
Et enfin, un Professeur élémentaire. Il était noir avec des points violet, comme si l’on voyait dans l’espace lui-même. L’infini. La connaissance. Le savoir. La destruction.
Mon esprit était partagé entre chacune de ses facettes élémentaires.
Le serpent géant se trouva presque paralysés devant la multiplication de son ennemi, ce qui me laissa l’avantage de la surprise.
L’Eau et l’Air se combinent instantanément en un Professeur de Glace et lança des centaines de stalactites tout en tournant autour de la créature.
Le Feu les fit alors fondre tous les stalactites pour créer un gigantesque brouillard.
La Glace reprit ses formes initiales.
L’Eau s’unit avec la Terre pour créer un élémentaire de Bois et invoqua des arbres centenaires dont les branches entravèrent le serpent de bouger.
L’Eau et la Terre reprirent leurs formes première.
L’Air et le Feu se mélangèrent afin de former la Foudre et envoya 3 sorts de foudre pure dans chacun des cœurs de Rekhis.
Ils se séparèrent à nouveau.
Enfin, l’Eau et le Feu s’associèrent pour créer le Métal. Ensemble, ils firent apparaître une lance et la donnèrent au Professeur Élémentaire qui l'enchanta de magie pure.
Puis, tous les Professeurs se réunirent en un seul afin de reformer le Professeur originel et chargea avec la lance pour couper la tête du légendaire monstre.
D’un coup simple, précis et rapide, il trancha la tête de Rekhis qui tomba au sol. Je retomba au sol avec la lance, puis souris.
- C’est enfin terminé …
Je m’écroulai de fatigue, et tomba au sol, en regardant le corps sans vie de la demi-déesse, heureux que tout soit enfin fini.
Son corps était juste à côté du mien, mais mon cœur battait encore. Je ferma les yeux quelques instants histoire de me reposer. Ça fais beaucoup d’énergie utilisée en une soirée … Je me reposerais vraiment en rentrant à la maison ... Je commençais à m’endormir quand un mouvement me fit sursauter.

Non, ce n’est pas possible.

Je rouvris les yeux difficilement, et regarda en direction de la femme-serpent. Son corps sans tête commençait à se relever difficilement. Elle récupéra sa tête et la posa sur ses épaules. Elle se ressouda doucement d’une lueur blanche-verte.
J’étais la au sol, complètement paralysé à cause du surplus d’effort et de magie que j’avais fourni. Je voyais ma mort arriver.
Cela se voyait aussi qu’elle était à bout, elle eu du mal à récupérer et soulever son arme.
Elle se plaça au dessus de moi, leva son arme haut au dessus d’elle. C’était la fin. Je le savais. Il n’y avait plus d’autres possibilités. Seul un miracle pourrait me sauver.
Soudain, l’espace au dessus de nous-deux se fendit et pris la forme d’un grand œil reptilien.
Une voix forte et grave résonna à travers toute la dimension et mon corps. Qu’est-ce que c’est ?
- REKHIS ! MA FILLE ! JE T’AVAIS POURTANT INTERDIT DE VERROUILLER CE PLAN !
- Mais Père … Une fille à besoin de son intimité !
- SILENCE ! La dimension vibra à ces mots. J’essayais de parler mais aucun son ne sortait de ma bouche. Est-ce là la magie d’un Dieu ?
J’aurais pu ignorer tes actes cette fois, mais tu as vider le Nil !
Sais-tu quel répercussions cela a eu sur le plan terrestre ?
J’étais sur le point de prendre Ré par surprise ! J’aurais pu engloutir le Soleil ! Une chance comme celle-ci ne se présente qu’une fois tous les éons ! Et la, plus de Ni,l la barque qui se fige, et moi, visible comme un cygne dans un marais ! Ré m’a chèrement fais payer ta bêtise et c’est à ton tour de payer !
- Mais Père, c’est de la faute de cette homme ! Elle pointa son doigt dans ma direction.
- Et tu as osé faire venir un mortel ici sans mon autorisation ! … Nous en discuterons plus tard ... Un serpent apparut en face de mon visage.
Mortel, je suis Apophis, dieu du Serpent et du Mal. Je suis ni magnanime, ni compatissant. Alors vas t’en d’ici avant que je ne change d’avis !
Les histoires de linge sale se règle en famille et reprend ceci, c’est dégoutant d’avoir des reste mortuaire chez soit. Il me jeta l’’orichalque noir sur ma tête, ce qui m’assomma définitivement.
Argh … Ma tête … Quel jour on est .. ? je regarde ma montre à gousset. 4 jours … 4 jours ont passés depuis Elle … Je suis complètement vidé …
Je me leva péniblement, pris le dernier portail pour rentrer dans ma dimension, et rentra chez moi avec le caillou noir précieux.
Je n’avais qu’une chose en tête, me venger. Et j’avais quelque chose qui pourrait m’aider. Ce précieux, et si rare minerai.
Je passa les prochaines semaines chez moi, dans ma bibliothèque magique à fabriquer une mini-bombe capable de détruire un univers tout entier. Un tout petit appareil, aussi petit et élégant qu’une montre à gousset, mais aussi destructeur que la furie d’une centaine de Dieu. Et tout ça grâce à l’orichalque ! Il m’a permit de reprendre les sorts que j’avais lancés précédemment et de les multiplier aux centaines de milluple.
Je créa un portail qui s'ouvra directement sur la marque que j’avais laissé sur le visage de l’autre sal … serpent. De l’autre serpent lorsque je l’avais frappé.
Tu m’avais peut-être pas entendu la première fois. Alors je vais te le redire :
Meurs.
Elle me regarda, vit le désespoir dans ses yeux, et la vengeance accomplie dans les miens.
Je referma le portail. L’explosion fut tellement intense que je sentis la Terre trembla légèrement. Pas assez fort pour qu’un humain classique puisse le sentir.
Un univers venait surement de disparaître, mais elle l’avait chercher.

On ne vole pas les biens d’un homme qui détient le savoir.



Notes concernant Rekhis :

Dénomination : Rekhis, demi-déesse Serpentaire.
Type : Mi-femme, mi-serpent.
Race : Demi-déesse.
Sexe : Femme.
Age : 3388.
Caractère : Agressif, joueuse.
Description physique : Une créature mi-femme mi-serpent d’une quinzaine de mètres approximatifs. Peau claire, cheveux long de 4 mètres, yeux émeraudes, possédant 6 bras.
Son corps supérieur représente la partie humaine de la créature. Environ 4, 5 mètres.
Son corps inférieur représente la partie animale de la créature.
Bras supérieur gauche : arme → hallebarde sonique
Bras supérieur droit : arme → grand cimeterre
Bras milieu gauche : vide
Bras milieu droit : vide
Bras inférieur gauche : arme → fouet de gravité
Bras inférieur droit : arme → lance de foudre

_________________
La connaissance c'est le pouvoir et mon savoir est immense.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum